Le monoxyde de carbone est un gaz incolore, inodore et invisible, mais mortel. Sa densité est voisine de celle de l’air.
Ce gaz est très toxique. Il peut faire perdre connaissance et même provoquer la mort en quelques minutes.
Aucun de vos sens ne vous avertira de sa présence, c’est pourquoi il est surnommé le « tueur silencieux ».

L’impact du CO sur le corps humain

En respirant de l’air avec une présence accrue de Monoxyde de Carbone, la molécule de CO se lie directement aux globules rouges (hémoglobine), bloquant ainsi l’absorption d’oxygène par le sang. Cela provoque un manque d’oxygène et des risques sanitaires associés, jusqu’à l’asphyxie.
Même inhalé en petite quantité, le monoxyde de carbone peut provoquer des dommages cardiaques et neurologiques irréversibles. Des quantités plus importantes peuvent entraîner la mort. Le tableau suivant décrit l’effet du monoxyde de carbone sur le corps humain en fonction de son niveau de concentration.

Concentration de CO dans l’air* Impact sur l’humain**
200 ppm Maux de tête, fatigue, nausées après 2 à 3 heures
400 ppm Maux de tête en 1 à 2 heures, vie en danger au bout de 3 heures
800 ppm Vertiges, nausées et convulsions. Perte de connaissance en 1 à 2 heures. Décès en 2 à 3 heures
1.600 ppm Maux de tête, vertiges et nausées dans les 20 minutes. Inconscience dans les 2 heures, risque de décès dès 1 heure
3.200 ppm Maux de tête, vertiges et nausées dans les 5 à 10 minutes. Décès dans les 25 à 30 minutes
12.000 ppm Décès en 1 à 3 minutes

*ppm : parties par million
**Les femmes enceintes, les enfants et les séniors sont particulièrement sensibles aux effets toxiques du CO, même à de faibles niveaux de concentration

Traitement après une intoxication au monoxyde de carbone

Après une intoxication au monoxyde de carbone, il ne suffit pas simplement de respirer de l’air frais pour compenser le manque d’oxygène dans le sang. La régénération du corps ne peut être réalisée que par l’inhalation d’une très grande quantité d’oxygène, prise en charge aux urgences hospitalières à l’aide d’un caisson hyperbare. Cette opération permet de minimiser le risque de séquelles et de rééquilibrer le taux d’oxygène dans le sang.

L’échange d’oxygène dans les alvéoles avec une oxygénation adéquate

Les alvéoles sont de petits ballons dans les poumons par lesquels l’échange de gaz respiratoire entre le sang et l’air vicié est effectué. L’oxygène est lié à l’hémoglobine dans le sang et y est transporté vers les organes.

L’échange d’oxygène dans les alvéoles avec la présence de CO et le manque d’oxygène

Le monoxyde de carbone se combine mieux avec l’hémoglobine que l’oxygène. Par conséquent, il prend la place de l’oxygène dans le sang et bloque son absorption.